Costasiella ocellifera

Bonjour à tous,

Je vous partage ma jolie rencontre à Antigua avec Costasiella ocellifera. Cela faisait longtemps que je la cherchais en Guadeloupe, sur chaque petite algue (elle se nourrit d’Avrainvillea) et je commençais à désespérer..  Actuellement en vacances, en arrivant dans la baie d’English harbour à Antigua, petit coup d’œil sur une deuxième Avrainvillea et…. Jackpot ! Heureusement que j’avais mon objectif macro pour être bien sûre de l’identification car elle ne fait que 2 mm..  

En plus de ressembler à un personnage de dessin animé, Costasiella ocellifera à une jolie particularité : elles est kleptoplaste.  On peut bien observer sur les photos des tâches vertes présentes en grand nombre dans ses cérata: les chloroplastes. Ce sont des organites réalisant la photosynthèse. En effet, comme la majorité des autres sacoglosses, l’algue n’est que partiellement digérée et les chloroplastes restent fonctionnels dans le corps des individus. Ils récupèrent donc de l’énergie grâce à la lumière..! 

Que la nature est belle ! 

Bullement,

Mélodie 

PS: L’observation n’est pas en Guadeloupe mais je suis si contente de ma découverte que je tenais à vous la partager ! 

Partager :

Nouvelles observations

Bonjour,

Grâce à Julie Mellinger, nous avons des nouvelles données d’observations pour :

Elle a également fait l’observation, en 2012, d’une nouvelle espèce pour le site : Syphonota geographica.

Claire Jeuffroy a observé la jolie Berghia creutzbergi à Terre de Haut aux Saintes et je l’ai également observée à Saint-Louis de Marie-Galante. 

Merci à elles pour leur contribution au site et leurs belles photographies !

A bientôt,

Mélodie 

Partager :

« Mélo miniature »

Micromelo undatus (Bruguière, 1792)

Environ 2 cm de couleurs et de lumière ! J’ai observé ce petit bijou dans la baie de Deshaies à environ 1 m de profondeur. Barboter dans les eaux de surface est assez efficace quand on cherche des opisthobranches et c’est un bon plan quand on est frileuse comme moi ! 

Sa taille est encore très petite (voir photo avec échelle ci-dessous) mais l’œil est facilement attiré par ses superbes couleurs qui avancent très vite.

Niveau classification, elle appartient selon WoRMS (World Register of Marine Species) à la famille des Aplustridea de la classe des hétérobranches non assignés. Toutes les espèces de cette famille ont une coquille externe qui est trop petite pour qu’ils puissent complètement y entrer et s’y protéger.

Concernant notre « mélo miniature » :

  • la coquille est blanche (celle de l’individu de Deshaies était recouverte d’algue),
  • La coquille a 2 à 3 lignes spirales brunes et plusieurs lignes brunes axiales onduleuses,
  • Le corps est bleuté avec des taches blanches et possède une bande jaune et bleue.

Cette espèce s’alimente principalement de vers polychètes fouisseurs, les cirratulides, que l’on retrouve souvent sous les cailloux des fonds sableux ou vaseux en Guadeloupe. Elle a deux boucliers céphaliques qui lui permettent d’aller rapidement s’enfouir sous le sable pour chasser ses proies (observation d’une prédation à la Réunion).

On observe bien sur la photo de face ci-dessous les deux petits «yeux » situés entre ces boucliers céphaliques.

Voici le lien pour la nouvelle fiche espèce :  Micromelo undatus

Quelle espèce magnifique. Ouvrez l’œil, notre île recèle de nombreux trésors cachés.. !

Mélodie

 Références :

 

Partager :

Premières données à la Désirade

Bel bonjou tout moun !

J’ai le plaisir de vous partager nos premières données à la Désirade grâce à Florian Labadie, Nicole et Guy Van Laere. En 1 mois plusieurs individus de Doriprismatica sedna y ont été observés en groupes de 2 ou 3 sur deux sites différents : Pointe des Colibris et La Cathédrale. 

Deux individus ont été surpris dans une situation qui ressemble à un accouplement (voir diaporama). A quelques exceptions près, tous les opisthobranches sont hermaphrodites.  En effet, ils ont chacun un pénis rétractable situé à proximité du vagin.  Ils doivent donc se placer tête-bêche pour échanger leurs spermatozoïdes et réalisent chacun, de leur côté, leur propre fécondation. Cependant, les organes sexuels des opisthobranches sont placés à droite de leur corps. La position des individus de la Désirade devrait donc être inversée pour qu’il y ait reproduction… Peut être commençaient-ils à se positionner ou plus simplement, ils étaient en trailing ! Dur à dire.. 

J’en profite pour vous faire part de nouvelles observations de Felimare kempfi aux îlets Kahouanne et Tête à l’Anglais par Floriant Labadie. Il a rencontré plusieurs individus sur une même journée, ouvrez donc l’oeil ! 😉

 

Merci à Floriant, Nicole, Guy et Olivier du club « Ilôt Plongée » de la Désirade, pour leurs données !

A très bientôt,

Mélodie 

Partager :

Des nouvelles des Saintes

Bonjour amis naturalistes !

Grâce à l’œil affûté de Claire Jeuffroy, de nouvelles espèces ont été observées à Terre de Haut (Saintes) :

Actuellement, elle rencontre régulièrement des individus de Dondice occidentalis dans les herbiers de la baie. Soyez donc attentifs si vous plongez là bas !

A Terre de Bas, j’ai également observé Phidiana lynceus sur des rochers à faible profondeur. 

A bientôt pour de nouvelles espèces,

bullement,

Mélodie

Partager :

Tout est une question d’échelle..

Bonjour !

Je vous fais part d’un nouveau site d’observation de Felimare ruthae à Marie-Galante : la plage de Petite-Anse… Merveilleux monde macro !

Mélodie

 

Partager :

Une petite réunion de lièvre de mer

Bonjour à tous,

7  individus de lièvres de mer striés (Stylocheilus striatus)  ont été observés aux Saintes sur les rochers à faible profondeur (2-3 m).

On les appelle lièvre de mer à cause de leurs rhinophores, sortes d’ « antennes » qui sont des organes sensoriels, en forme d’oreilles de lapin 

Stylocheilus striatus, taille: 15 mm, 10/11/17

On est très loin d’une observation d’un comportement grégaire durant lequel les lièvres se rencontrent en très grand nombre comme par exemple à Mayotte (cliquer sur le lien).

Cela a été observé plusieurs fois en Guadeloupe à Port-Louis à 20 m de fond sur fond sableux par Alain Goyeau. De mon côté.. chou blanc !

Mélodie 

Partager :

Après Maria..

Bonjour à toutes et tous,

Je vous rédige un petit article en l’honneur des Saintes aujourd’hui. Ces magnifiques îles ont été fortement impactées par le cyclone Maria mais les opisthobranches se sont bien protégés visiblement !

Des nouvelles espèces ont été observées à Terre de Bas et Terre de Haut : 

D’autres espèces en attente d’identification arrivent prochainement. 

En vous souhaitant un bon week-end et une bonne découverte,

Nudivement,

Mélodie

Partager :

De retour en Guadeloupe.

Bonjour à toutes et à tous,

Après avoir passé un été (et une année..) loin de notre belle Guadeloupe, me revoilà pour de bon et avec des nouveautés !

 Tritonia hamnerorum, joli nudibranche au mimétisme parfait, qui se trouve sur les gorgones plumes dont il se nourrit, a été observé par Alain Goyeau à Port-Louis. Des colonies de 1700 individus sur une même gorgone ont été observées en Floride ! (Source)

Une jolie paire de Felimare kempfi en « trailing » à l’îlet Tête à l’anglais a été observée par Anne Girerd, nouvelle participante et passionnée de plongée sous-marine (Gîte Les Alizées de Maya). Certaines espèces d’opisthobranches, grâce à leur mucus, se suivent jusqu’à se toucher (la tête de celle de derrière touchant la partie postérieure de celle de devant). Le trailing serait un comportement qui permettrait de faciliter la localisation d’un partenaire pour la reproduction (Source : Seaslug forum).

De mon côté, en voyage à Bali (Indonésie), j’ai pu observer la belle Elysia ornata  ,présente également chez nous. La majorité des opisthobranches observés en Guadeloupe ont une aire de répartition qui se limite à la zone Floride-Caraïbe-Brésil avec éventuellement les côtes Africaines. Pourtant la belle Elysia ornata a une aire de répartition qui s’étend de la Caraïbe au Brésil à la zone indo-pacifique tropicale, les côtes africaines, la Polynésie, la Mer Rouge et même la Méditerranée orientale !!  On dit donc que c’est une espèce lessepsienne car elle a migré par le canal de Suez. 

A très bientôt pour des nouvelles news et merci pour l’implication de nos participants !

Nudivement,

Mélodie

Partager :

Barboter et faire des nouvelles observations, what else ?

Bonjour à toutes et à tous,

Des nouvelles observations ont été réalisées dans « la piscine à limaces » ! A Saint-Martin, il y a une zone très intéressante (très calme, peu profonde..) située à la Pointe Du Bluff et qui ne demande qu’à être explorée…

Il y a quelques mois, j’avais observé la superbe (et toute petite) Limenandra nodosa. Après quelques « plongées » supplémentaires, je peux vous confirmer que cette piscine vaut bien le coup d’aller y barboter un peu avec son appareil photo 😉

3 nouvelles espèces peuvent être ajoutées au recensement :

et une coloration différente chez Elysia pratensis.

Toujours sur la « friendly island », une nouvelle espèce de Doto a été observée à Happy Bay :  Doto curere.

En se déplaçant beaucoup plus au Sud, à Marie-Galante, Felimare ruthae a été observée en train de dévorer une éponge (Ircinia spp.) à l’aide de sa belle radula violette.

Bonne découverte et à bientôt !

Mélodie

Partager :